La vie de la maison

LES GROUPES DU JEUDI
Février 2012

...des objets, des hommes et des femmes et des souvenirs.

Dany animatrice et Sylvie psychologue fouillent greniers et placards pour redonner un temps vie à des objets du passé: presse légumes, bouillotte, pot à lait , lingerie, livre de cuisine... C'est un petit monde hétéroclite et parfois improbable qui voisine avec bonheur sur la table de la salle d'animation.

Bien vite les souvenirs se raniment et les langues se délient pour conter anecdotes et histoires du passé.
Ce jeudi 16 février , malgré la présence aguichante de gants crochetés main essayés par des dames n'ayant rien perdu du sens de l'élégance, c'est un petit objet un peu mystérieux qui a servi de guide.

Une crésselle au fameux bruit de créssellle (c'est vraiment le cas de le dire) a fait dériver la conversation sur les cloches de Pâques.

En effet Mme Clément s'est rappelée que les cloches partaient à Rome du jeudi saint jusqu'au jour de Pâques. Pour appeler les fidèles aux offices, nombreux pendant la semaine sainte, les enfants de chœur arpentaient donc les rue du village en jouant de la crésselle.
Une fois revenues de Rome elles reprenaient leur nombreuses fonctions dans le village. A l'unanimité de l'assemblée, ce sont les cloches qui rythment la vie du village. Leur tintement marque les temps forts de la journée par l'angélus dès 7 H puis midi et 19 H ainsi que les temps forts de la vie. Ainsi le glas ne sonne pas de la même façon pour un homme ou pour une femme. Le dimanche n'aurait pas été aussi solennel sans le chant des cloches qu'on aille à la messe ou pas !

Mme Lambert Yvette, secrétaire de mairie pendant 37 ans dans son village de Montauroux dans le Var, nous a conté avec un plaisir évident son « histoire de cloche ».
Le célèbre couturier Christian Dior personnage très sociable et apprécié dans le village y avait une propriété. Il y cultivait roses et jasmin et faisait travailler les gens du pays. Dans les années 1960 une cloche avait été à remplacer et Mr Dior avait bien sûr participé de façon substantielle à la souscription pour le financement. Mme Lambert se souvenait tout particulièrement de la fête organisée pour la consécration de la cloche venue des Fonderies de l'Est . Elle trônait en majesté dans le chœur de l'église « habillée » d'une robe en dentelle exécutée par une dame du village et l'intérieur en était gravé du nom de sa marraine qui n'était autre que Catherine Dior, soeur de Christain et ancienne résistante. Les sommités ecclésiastiques et citoyennes étaient bien sûr présentes pour cette circonstance.

Groupe de paroles
> Les comptes rendus
Secrets des anciens
> Recettes & savoirs-faire